Maladies cardiovasculaires

Les maladies cardiovasculaires regroupent un certain nombre de troubles affectant le cœur et les vaisseaux sanguins comme : l’hypertension artérielle (élévation de la tension), les cardiopathies coronariennes (crise cardiaque ou infarctus), les maladies cérébrovasculaires (accident vasculaire cérébral), l’insuffisance cardiaque, les cardiopathies rhumatismales,...

Les maladies cardiovasculaires sont favorisées par le développement de dépôts de cholésterol dans les artères qui les rendent moins souples et qui diminuent leur diamètre.

 

Cette formation de plaques appelées "athérome" finissent par boucher les artères (thrombose).

 

Les artères les plus touchées sont celles :

  • du coeur : angine de poitrine et infarctus du myocarde
  • du cerveau : accident vasculaire cérébral
  • des jambes : artérite pouvant aller jusqu'à l'amputation 

La probabilité de développer une maladie ou un accident cardiovasculaire résultant de l’obstruction des artères est appelée risque cardiovasculaire. Ce dernier est lié à l'existence de facteurs de risque cardiovasculaire ; certains d'entre eux peuvent être supprimés ou réduits. Il est donc important de connaître son risque cardiovasculaire ainsi que les facteurs auxquels on est exposé pour agir.

 

Les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires :

 

Ces facteurs de risque sont multiples et de deux types :

  • ceux sur lesquels on ne peut pas agir tels que l’âge, le sexe, l’existence de maladies cardiovasculaires dans la famille ;
  • ceux sur lesquels on peut agir pour les supprimer ou les diminuer : tabagisme, diabète, HTA, excès de cholestérol, surpoids, sédentarité.

 

Les facteurs non modifiables

L’âge et le sexe

La probabilité d’avoir un accident cardiovasculaire ou cardiaque augmente nettement après 50 ans chez l’homme et après 60 ans chez la femme.
Les femmes, jusqu’à la ménopause, sont plus protégées que les hommes face aux maladies cardiovasculaires. En effet, les hormones (oestrogènes et progestérone) les protègent. Mais après 60 ans, une femme a la même probabilité qu’un homme de développer une maladie cardiovasculaire.

 

Les antécédents familiaux cardiovasculaires

Le risque de développer une maladie cardiovasculaire augmente si dans votre famille, un parent proche (père, mère, frère, sœur) a présenté une maladie cardiovasculaire à un âge précoce.
Sont pris en compte :

Les facteurs modifiables

Le tabagisme

À court terme, le tabac favorise le rétrécissement des artères, la formation de caillots et l’apparition de troubles du rythmes cardiaque. Ces mécanismes expliquent la brutalité des accidents cardiovasculaires.
À plus long terme, le tabac abîme progressivement les artères.

 

Le diabète

Le diabète qui se caractérise par un excès de sucre dans le sang.

 

L'hypertension artérielle

Elle oblige le coeur à travailler à un niveau d'effort intensif et le fatigue inutilement. L’augmentation de la pression finit également par abîmer les parois des artères.

 

Le cholestérol

Ce type de graisse est essentiel au bon fonctionnement de l’organisme. Cependant, son excès est néfaste pour la santé.
On distingue le "mauvais cholestérol" (ou LDL cholestérol) du "bon cholestérol" (ou HDL cholestérol). Une prise de sang, réalisée à jeun, permet de déceler un excès de "mauvais cholestérol", appelé aussi « hypercholestérolémie ». Lorsque le "mauvais cholestérol" est élevé, il s’accumule sur les parois des artères sous forme de dépôts graisseux. Avec le temps, ces dépôts peuvent ralentir et même bloquer la circulation du sang : c’est l’athérosclérose.

 

Le sur-poids

 

La sédentarité qui contribue à l'aggravation de plusieurs facteurs de risque. Toute personne qui pratique moins de 30 minutes d’exercice physique par jour est considérée comme sédentaire. Une demi-heure de marche par jour peut suffire à réduire le risque cardiovasculaire.

 

Les formations sur le thème du secourisme d'ALPES AGIR

Formations initiales et recyclages de Sauveteurs Secouristes du Travail, Intiation au défibrillateur automatisé externe...